Famagouste

Thessalonique

Chroniques d’une ville prise

Jean Caminiatès, Eustathe de Thessalonique, Jean Anagnostès

Textes traduits du grec et présentés par Paolo Odorico

En l’an 904 les pirates Sarrasins de Crête surgissent devant Thessalonique, pillent la ville et réduisent ses habitants en esclavage ; en 1185, ce sont les Normands de Sicile qui sèment la ruine et la désolation ; en 1430 enfin, les Turcs mettent la ville à sac et en prennent définitivement possession.

De ces trois événements catastrophiques, nous rendent compte trois témoins qui ont connu les préparatifs de l’assaut, l’installation du siège, la défense rageuse des habitants, l’incurie de la soldatesque, l’irruption brutale des assaillants, le meurtre et l’incendie, la capture enfin.
Les récits saisissants qu’ils nous livrent de la furie du carnage et des humiliations sont comme la relation d’un même scénario, partagé partout et toujours par les villes assiégées enlevées par la force. Pourtant, dès lors que le travail d’écriture apprivoise le traumatisme, les enjeux littéraires prennent le pas sur la restitution de l’événement. La narration se fait alors instrument d’un appel au secours ou d’une vindicte réorientée, comme si l’outrage des violences infligées par les barbares — qui somme toute n’agissent que conformément à leur nature —, devait être recyclé dans des réquisitoires contre le pire ennemi, celui de l’intérieur, afin que puisse s’exprimer la détresse des vaincus.
L’évocation des malheurs collectifs se trouve ainsi insérée dans la trame plus intime des souffrances individuelles, et le récit historique byzantin, d’ordinaire saturé de formules obligées, se libère et devient le contexte d’émergence d’une littérature ancrée dans l’émotion.

  • Paru en juin 2005
  • 304 pages
  • 14,5x21,5 cm
  • ISBN : 9782914777186
  • Prix : 22 €