5 octobre 2022 | Actualités

Rendez-vous de l’histoire de Blois

5-9 octobre

Du 5 au 9 octobre.
Salon du livre d’histoire, débats et conférence. Thème 2022 : La mer.
Table ronde : Frantz Olivié, Jack Lang, David Chaunu et Valérie Hannin - Corsaires et pirates.
Carte Blanche : Famagouste, le goût des sources médiévales - Frantz Olivié, Patrick Boucheron, Claire Judde de Larivière et Emmanuel Laurentin.

Programme complet sur le site des rendez-vous de l’histoire : http://www.rdv-histoire.com

CORSAIRES ET PIRATES
Table ronde proposée par la revue L’Histoire
HÉMICYCLE, HALLE AUX GRAINS
Samedi 18H30-20H
modération et coordination : Valérie HANNIN, directrice de la rédaction de L’Histoire
Intervenants : David CHAUNU, doctorant à Sorbonne Université, Jack LANG, ancien ministre de la Culture, président de l’Institut du Monde Arabe, Frantz OLIVIÉ, co-fondateur des éditions Anacharsis

Blockbusters, bandes-dessinées, légendes populaires : du Hollandais volant à Jack Sparrow en passant par Rackham le Rouge, la figure du pirate est omniprésente dans notre imaginaire collectif. Mais que sait-on réellement de son histoire ? Depuis les années 1970, les historiens se sont penchés sur les « gueux de la mer », faisant apparaître toute la complexité d’un phénomène qui fut à la fois politique, social, économique et culturel. Parfois instrumentalisée par les États dans le cas des corsaires, la piraterie a pu apparaître, à certaines époques, comme un geste de contestation de l’ordre établi. Faut-il pour autant croire ceux qui voient dans les « républiques pirates » du XVIIIe siècle des communautés alternatives, égalitaires et démocratiques, qui auraient inspiré la pensée anarchiste et libertaire ? La question divise les spécialistes, signe d’une histoire vivante où les pistes de recherche ne manquent pas, de la place des femmes au rôle de la piraterie dans la construction des empires coloniaux et la genèse du droit de la mer. Alors que le début du XXIe siècle a été marqué par une résurgence du phénomène (Somalie, Golfe de Guinée) et une réinvention de ses formes (piraterie aérienne, cyberpiraterie), une chose est sûre : les historiens n’ont pas fini de s’intéresser aux pirates.

Table ronde organisée par L’Hisoire, en lien avec le n°500. Un numéro exceptionnel sur « Corsaires et pirates, le mythe de la liberté sur les mers », avec des contributions de Guillaume Calafat, Renaud Morieux, Kiara Neri, David Chaunu, Frantz Olivié… Au sommaire également, une grande enquête et un sondage exclusif sur les Français et l’histoire.
À retrouver en kiosque dès le 29 septembre et sur le stand de L’Histoire au salon du livre des Rendez-vous de l’histoire.

FAMAGOUSTE : LE GOÛT DES SOURCES MÉDIÉVALES
Dimanche 9H30-11H - SALLE MALFRAY - HÔTEL DE VILLE
Carte blanche aux éditions Anacharsis
À l’occasion des 20 ans de la collection « Famagouste » (Editions Anacharsis)
Modération : Emmanuel LAURENTIN, journaliste et producteur à France Culture
Intervenants : Patrick BOUCHERON, professeur au Collège de France, Claire JUDDE DE LARIVIÈRE, maîtresse de conférences à l’université de Toulouse Jean-Jaurès, Frantz OLIVIÉ, cofondateur des éditions Anacharsis

« Famagouste est sur le bord de la mer… Je ne dis rien des épices, on en voit partout, comme le pain chez nous. Je n’ose parler des pierres précieuses, des étoffes d’or et des autres richesses, on ne me croirait pas. »
Telle est Famagouste quand Ludolph de Sudheim la visite au XIVe siècle, riche, secrète, multiple.
Tels sont les écrits que les historiens et les historiennes croisent parfois au détour d’un rayonnage d’archives qu’on ennoblit du nom de sources.
Tels sont les textes que publie Anacharsis depuis 20 ans dans la collection Famagouste, avec l’aide d’historiens et d’historiennes attentifs aux dimensions littéraires de leurs matériaux.
Pour aborder l’Histoire par les sources, portés par le plaisir pur de la lecture, en gardant en bouche la saveur d’un nom qui évoque un crustacé : Famagouste !

Telle sont les textes qui composent la collection Famagouste qu’Anacharsis depuis 20 ans invite à découvrir avec l’aide d’historiens et d’historiennes attentifs aussi aux dimensions littéraire de leurs matériaux. passant derrière les chatoiements d’un exotisme de pacotille et les discours aguicheurs, pour tenter de dire ces sujets qu’il faudrait taire là où il n’y a rien à cacher. En gardant à la bouche la saveur d’un nom qui sonne comme celui d’un crustacé : Famagouste !