Famagouste

Chaka, roi des Zoulous

Henry Francis Fynn

Traduit de l’anglais par Estelle Henry-Bossonney
Présentation de François-Xavier Fauvelle-Aymar
Postface d’Alain Ricard

En ce début de XIXe se joue dans cette pointe septentrionale de l’Afrique une drôle de pièce. Ici, se mélangent les ultimes soubresauts de l’époque moderne, les derniers avatars des guerres Napoléoniennes et les débuts de ce qui occupera les nations européennes pendant plus d’un siècle, la colonisation de l’Afrique. C’est là que débarque en 1818, venu d’Angleterre, le jeune Henry Francis Fynn.

Depuis son règne au début du XIXe siècle, Chaka n’a jamais cessé de troubler les consciences, en Afrique comme en Occident. On a vu en lui un despote dément assoiffé de sang et un politique visionnaire, le fondateur par le fer et la guerre de la nation zouloue et l’un des derniers rois indépendants de l’Afrique précoloniale. Senghor lui a dédié l’une de ses pièces, les opposants à l’apartheid en firent une figure tutélaire de leur combat, et il alimente encore les fantasmes des romanciers et des historiens.
Henry Francis Fynn, jeune anglais débarqué au Cap en 1818 en quête de fortune, parvint à le rencontrer alors qu’il était au faîte de sa puissance. Fasciné par la personnalité ambiguë du Roi, il devint l’un de ses familiers et s’installa une dizaine d’années chez les Zoulous, dont il apprit à connaître en profondeur les mœurs et la langue.
Les notes qu’il prit sur le terrain – conservées dans ses pérégrinations aventureuses au creux d’une oreille d’éléphant –, ont plus tard été révisées par ses soins pour donner lieu au « journal » que l’on va lire, à la croisée de la chronique historique, du récit d’exploration et du carnet ethnographique. Dans ce portrait de la société zouloue de l’époque, Fynn apparaît tour à tour acteur et témoin de la naissance de l’Afrique du Sud et d’une épopée africaine devenue légendaire.

  • Paru en septembre 2004
  • 320 pages
  • 14,5x21,5 cm
  • ISBN : 9782914777100
  • Prix : 22 €